Maladie d'Osgood Schlatter

MALADIE D’OSGOOD-SCHLATTER

La Maladie d’Osgood-Schlatter est aussi appelé ostéochondrose tibiale antérieure, du fait de sa localisation. En effet, cette affection est localisé au niveau de l’insertion du tendon rotulien sur la tubérosité tibiale antérieure.
Cette maladie touche l’adolescent entre 12 et 15 ans (mais peut débuter dès l’âge de 8 ans). Les garçons sont plus fréquemment touché par rapport aux filles. De plus, la pratique sportive accentue le risque de survenue de cette affection.
Dans un tiers des cas, l’atteinte touche les 2 genoux.

Maladie de Sever - Explication et Conduite à tenir La Maladie d’Osgood-Schlatter présente une équivalence au niveau de la cheville. En effet, la Maladie de Sever est une affection de la cheville, impliquant le même mode d’action.

Diagnostic

Le diagnostic est porté essentiellement par l’examen clinique par le médecin généraliste. La douleur survient sur un point précis (la tubérosité tibiale antérieure) lors de la pratique du sport et après, lors de la récupération. Par la suite, cette douleur peut devenir permanente et aller jusqu’à générer une boiterie.

Bilan Radiologique

Radiogrpahie Genou - Osgood SchlatterAucun examen complémentaire n’est nécessaire pour confirmer le diagnostic de Maladie d’Osgood-Schlatter.
Par contre, le médecin peut être amené à demander des radiographies simples. Ceci afin d’éliminer une autre pathologie du genou lors d’une symptomatologie atypique. Le soulèvement de la tubérosité tibiale antérieure, (pouvant aller jusqu’à la fragmentation de celle-ci ou la calcification du tendon rotulien) est visualisé.

Parfois, on fait la distinction par la radiographie avec la Maladie de Sinding-Larsen et Johansson.

Maladie de Sinding-Larsen et Johannson - explications et Conduite à tenir

Prise en charge de la Maladie d’Osgood-Schlatter

La guérison sans séquelle (quand un arrêt de l’activité sportive est observé), est l’évolution naturelle de la Maladie d’Osgood-Schaltter. Cette guérison survient en moyenne après 4 à 6 mois de repos strict. Malheureusement, ce délai de guérison peut être plus long, jusqu’à 18-24 mois en fonction de l’intensité. Quelques séquelles peuvent tout de même survenir. Parfois, les séquelles persistent de façon chronique à l’âge adulte. Elles sont d’autant plus fréquentes que l’enfant poursuit malgré la douleur ses activités physiques. Ces séquelles sont liées soit à la formation de calcifications au niveau du tendon rotulien, soit à la présence d’une tuméfaction résiduelle de la tubérosité tibiale antérieure. Ces séquelles sont invalidantes, lors de la pratique sportive ou lors de la flexion forcée (agenouillement par exemple).

Aucun traitement médicamenteux ou chirurgical n’est nécessaire. L’arrêt total et complet de l’activité sportive est le principal traitement. L’enfant sera contraint d’arrêter tout sport. Mais il devra aussi limiter au maximum de courir, de sauter au quotidien. Malheureusement, c’est chose compliquée à observer à cet âge. La reprise d’activité est progressive, en privilégiant des sports ne sollicitant pas les genoux tels que la natation. 

Par contre, le médecin peut être amené à prescrire un traitement antalgique (comme le Paracétamol) ou des anti-inflammatoires (comme l’Ibuprofène). L’indication est portée lors de douleurs résiduelles observées malgré l’arrêt du sport.

Exercices quotidiens

Etirement du quadricepsA la maison, l’enfant peut appliquer de la glace sur la zone douloureuse. Ceci est un moyen simple pour diminuer la douleur.

L’enfant peut, par ailleurs, effectuer des étirements quotidiens. Les douleurs liées à la Maladie d’Osgood-Schlatter peuvent ainsi être diminuées. Ces étirements seront portés essentiellement au niveau du quadriceps et des ischio-jambiers.

L’étirement du quadriceps s’effectue en ramenant la jambe derrière soi, en pliant le genou. Idéalement, en station debout, on ramène le talon sur la fesse, et on maintient cette position entre 20 et 30 secondes. Il est conseillé de répéter cette étirement 4 à 5 fois, tous les jours.

Etirement ischio-jambiersL’étirement des ischio-jambiers est aussi à faire si possible. Celui ci s’effectue, en essayant de toucher ses orteils, jambe tendu posée sur une marche. Ceci est un exemple, d’autres exercices sont possibles.

 

Prise en charge par kinésithérapie

De même, une prise en charge par kinésithérapie peut permettre une décontraction du quadriceps et des ischio-jambiers si besoin.

Enfin, le port d’un plâtre ou d’une attelle dans certains cas est nécessaire en cas de douleurs persistantes malgré une bonne observance du traitement.

Traitement chirurgical de la Maladie d’Osgood-Schlatter

De façon exceptionnelle, un traitement chirurgical est proposé dans la Maladie d’Osgood-Schlatter. La réinsertion ou la fixation du tendon rotulien en cas d’arrachement ou de fragmentation de la tubérosité tibiale peut être réalisée.

Voir Maladie de Sinding Larsen et Johansson et Maladie de Sever

N’hésitez pas à me laisser en bas de cette page, en commentaire, toutes remarque, question ou demande de complément d’information. J’essaierai d’y répondre.

Cet article est réalisé dans un but explicatif. En rien il ne peut remplacer une consultation médicale. Même si cette pathologie ne relève pas d’un traitement médicamenteux, un suivi médical est primordial.

Prendre Rendez vous via Doctolib

Maladie de Sever - Explication et Conduite à tenir

Maladie de Sinding-Larsen et Johannson - explications et Conduite à tenir

 

 

5 thoughts on “Maladie d’Osgood Schlatter”

  1. Bonjour Monsieur,
    J’ai 59 ans et j’ai découvert assez récemment (environ 3 ans) que je souffrais de la maladie d’Osgood Schleter aux deux genoux. J’ai ces déformations aux genoux depuis de nombreuses années mais je ne m’en suis jamais préoccupée, le temps est passé mais les douleurs sont de plus en plus fortes et je ne sais pas trop quoi faire; J’ai consulté un chirurgien qui m’a dit d’attendre pour me faire opérer…mais dois-je vraiment attendre? ou bien vaut-il mieux me faire opérer?
    je vous remercie de votre réponse
    cordialement
    Sylvie HERVOUET

    1. Bonjour,
      Je ne peux bien évidemment pas faire de consultation via internet. Il serait intéressant que je vois les imageries réalisées. La chirurgie reste une solution radicale, avec toutes les complications immédiates et à long terme éventuelles sans un résultat assuré. Vous pouvez me laisser un mail avec les clichés si vous le desirez.
      Merci
      Docteur Benjamin POTENCIER

  2. Bonsoir monsieur,
    J’ai une jeune fille de 13 ans a qui on a décelé la maladied’osgood schlitter il y a 3 ans.elle souffre beaucoup et des deux genoux et ils gonflent en dessous. Le médecin lui donnent régulièrement des anti-inflammatoires et des durées d’arret Sport. Nous avons été voir deux professeurs l’un dit ça va aller à la fin de sa croissance tout va s’arrêter. Le deuxième dit qu’il ne sait pas ce qu’elle a donc nous dirige vers rhumatologie et n’a pas voulu voir radio. Maintenant elle souffre du dos car elle prend de mauvaises positions en cherchant à se caler quand les douleurs sont trop fortes. Elle fait du foot et c’est sa vie. Pouvez vous me dire si vous connaissez sur Toulouse un spécialiste qui pourrait nous conseiller. Merci monsieur

  3. Bonjour
    Ma fille de 14 ans souffre d’osgood schlatter depuis l’age de 6 ans. Elle a arreté le sport pendant 3 ans, a été platrée au genou gauche, a fait des séances de kiné. Aujourd’hui, elle fait juste le sport du collège et a toujours mal, certains jours elle ne peut pas rentrer à pied du collège. Elle n’en peut plus et on ne sait plus vers qui se tourner;

    1. Bonjour,
      Je ne peux malheureusement pas donner mon avis sur un commentaire, mais je vous invite à m’envoyer un mail (cabinet@benjamin-potencier.fr).
      Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *