Projet MyPeBS - Explications

MyPeBS signifie My Personal Breast Screening. C’est un projet de recherche soutenu par l’Union Européenne. Ce projet est mené par des chercheurs et des experts du cancer du sein. Ainsi, certains médecins généralistes, radiologues et gynécologues participent à cette étude. Ils permettent d’inclure les patientes. De plus, des centres de dépistage (tel que l’ODLC dans l’Isère ou l’ADEMAS69 dans le Rhône par exemple) font partis, eux-aussi, du projet MyPeBS.

L’étude est mise en œuvre dans 5 pays (France, Belgique, Italie, Israël, Royaume-Uni) et l’objectif est de recruter 85 000 femmes volontaires.

Qu’est ce que le dépistage ?

Un dépistage de cancer a pour objectif de diminuer le nombre de décès causés par celui-ci. Mais il n’empêche malheureusement pas d’avoir un cancer. Par contre, le dépistage permet de le détecter plus tôt, bien souvent avant les premiers symptômes. Ainsi, une détection plus précoce du cancer permet de le soigner plus efficacement. En effet, le traitement est généralement plus facile avec moins de séquelles. De plus, les chances de guérison sont plus élevées.

Selon les chiffres issus d’études internationales, les programmes de dépistage du cancer du sein permettent de réduire de 15 à 21% la mortalité par cancer du sein. 

Dépistage de masse – Dépistage individualisé ?

Le projet MyPeBS a pour but de comparer le dépistage actuel à un dépistage individualisé.

Dépistage de masse

En effet, actuellement en France, une politique de dépistage de masse du cancer du sein est appliquée. Toutes les femmes de 50 à 74 ans sont invitées à réaliser une mammographie tous les 2 ans. Les mammographies sont interprétées par 2 radiologues. S’il s’avère qu’une anomalie est détectée, des explorations plus approfondies ou une surveillance plus rapprochée sont réalisées.

Bien évidemment, des cas de dépistage individuel existent déjà. En effet, certaines femmes présentent un risque accru de développer un cancer du sein. Par exemple, les femmes présentant des antécédents personnels de pathologie du sein. Ou les femmes de moins de 50 ans présentant des facteurs de risque (comme des antécédents familiaux ou personnels de pathologie du sein).

Dépistage individualisé

Le dépistage individualisé est une nouvelle approche. En effet, celle-ci se base sur l’estimation du risque individuel de développer un cancer du sein dans les années à venir. Ainsi, elle propose d’adapter le calendrier de dépistage au risque individuel de chaque femme.

Concrètement…

Actuellement, le risque n’est calculé uniquement que par l’âge. Après 50 ans, c’est une mammographie tous les 2 ans.

Avec le dépistage individualisé, en fonction du niveau de risque évalué, le dépistage sera individuel. Ainsi, il sera réalisé avant 50 ans chez certaines patientes. De plus, les mammographies seront à faire entre tous les ans et tous les 4 ans selon le niveau de risque. Enfin, certains examens complémentaires seront fait en dépistage dans certains cas (tel qu’une IRM mammaire ou une échographie).

Déroulement de l’étude MyPeBS

Tout d’abord, afin de pouvoir savoir si une femme peut être inclus dans l’étude, un questionnaire doit être rempli. Celui-ci comporte des critères d’inclusion obligatoires ainsi que des critères d’exclusion.

Par la suite, la patiente doit répondre à un questionnaire médical (environ 20 minutes). Ensuite, une répartition aléatoire en 2 groupes est effectuée par l’ordinateur. Il s’agit d’un groupe « témoin » et d’un groupe « étude ».

Groupe « témoin » : dépistage standard

Dans le groupe témoin, elles suivent le dépistage standard pendant les 4 années de participation à l’étude. Ainsi, soit la patiente a moins de 50 ans, c’est une mammographie au bout des 4 ans. Soit la patiente a plus de 50 ans, c’est une mammographie tous les 2 ans.

Groupe « étude » : dépistage personnalisé basé sur le risque

Dans le groupe étude, elles suivent leur calendrier de dépistage personnalisé, établi en fonction de leur propre risque de développer un cancer du sein. Pour évaluer le risque, on réalise un prélèvement ADN salivaire. Celui-ci est fait au cabinet du médecin au moment de l’entretien. De plus, une mammographie est nécessaire afin de connaître la densité mammaire. Cette mammographie n’est pas obligatoire si la patiente en a déjà réalisé une récemment. Enfin, le questionnaire médical précédemment rempli complète le calcul du risque.

12 semaines plus tard environ, la patiente est invité à revoir le médecin, afin de lui donner les résultats sur son risque personnalisé. Il existe 4 niveaux de risque (faible, moyen, élevé et très élevé).

Niveaux de risque (faible, moyen, élevé et très élevé)

 

A savoir

Le Docteur POTENCIER participe à cette étude. Ainsi, il peut inclure des patientes, leur permettant de bénéficier d’un dépistage individualisé. La prise en charge est prise à 100% par l’assurance maladie.Donc, tous les examens demandés sont ainsi pris en totalité. Aucun frais ne vous sera demandé. Si cela vous intéresse, vous pouvez contacter le Docteur POTENCIER pour prendre rendez-vous. Vous en discuterez avec lui, et il vous dira si vous êtes « éligible » à rentrer dans l’étude.

Prendre Rendez vous via Doctolib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *